Une nouvelle étude sur le déplacement des dugongs

Dans une nouvelle étude parue dans la revue « Endangered Species Research », les scientifiques de l’université de Murdoch (AUS), de l’université James Cook (AUS), de l’IRD (NC) et d’Opération Cétacés se penchent sur les mystérieux déplacements des dugongs dans le lagon ouest de la Nouvelle-Calédonie.

L’article est disponible en libre accés: Cleguer C, Garrigue C, Marsh H (2020) Dugong (Dugong dugon) movements and habitat use in a coral reef lagoonal ecosystem. Endang Species Res 43:167-181. https://doi.org/10.3354/esr01061

crédit: Francoise Margerit Opération cétacés

Le dugong est présent dans 46 pays de la bande inter-tropicale et pourtant la façon dont cet animal utilise les zones lagonaires coralliennes reste peu connue malgré l’importance de ces habitats dans l’aire de répartition de cette espèce vulnérable. Un système de repérage par satellite-GPS a été utilisé pour explorer l’utilisation spatiale de 12 dugongs dans 3 régions lagonaires de la côte ouest de Nouvelle-Calédonie: le Cap Goulvain, Ouano et Nouméa.

Les mouvements des dugongs variaient selon les individus et tous, sauf un, ont entrepris des déplacements à grande échelle (> 15 km; moyenne [± SE] 37,7 ± 5,2 km) depuis leur lieu de capture (distance maximale de la voie navigable: 13,8 à 72,9 km). Les distances en ligne droite entre les emplacements GPS les plus éloignés étaient de 21,3 à 74,5 km.

Des zones utilisées de manière intensive ont été identifiées dans les 3 régions. Pour certaines la présence d’herbiers de phanérogames, principale source de nourriture du dugong, n’est pas vérifiée, et pour d’autres aucun dugong n’avait été observé lors des relevés aériens précédemment réalisés. Les dugongs ont passé la majeure partie de leur temps à l’intérieur des lagons (99,4% des emplacements GPS se situent à l’intérieur de la barrière corallienne). Néanmoins, lorsque le lagon était étroit et confiné, 3 dugongs ont utilisé la zone océanique, suivant la crête récifale à l’extérieur du récif barrière pour se déplacer entre les baies.

Ces résultats pourront être utiles à la conservation et la gestion de l’espèce en Nouvelle-Calédonie dans d’autres pays présentant des habitats similaires mais où les dugongs sont considérés comme en danger critique d’extinction et donc trop peu nombreux pour permettre de tels suivis.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s