MARACAS’pas la tête! Des nouvelles des récifs du bout du monde

Après une semaine passée sur le grand plateau de Bellona, nous sommes remontés au nord pour explorer les récifs de Chesterfield.
Cette zone peu cartographiée est semée de pinacles coralliens remontant en subsurface et qui rendent la navigation périlleuse dés lors que l’on s’éloigne des routes connues.

2017-08-18 143_2_small
Une belle vue sur l’Alis, le navire océanographique qui nous permet de réaliser cette mission et dont le nom a été attribué à notre première baleine balisée.

Nous avons fait la rencontre d’un groupe de deux baleines adultes qui passaient longtemps sous l’eau et que nous avions donc repéré grâce aux souffles puissants émis à leur retour en surface. Après de longues apnées les baleines ont tendance à rester plus longtemps en surface pour respirer, une bonne occasion pour déployer une balise satellitaire sur leur dos…

2017-08-17 045_2_small
Alis s’apprête à replonger… sa balise satellitaire (visible sur le haut du flanc droit) enregistrera toutes ses plongées (durée et profondeur) ainsi que sa position géographique pendant les semaines à venir.

Avec cet espoir, nous avons rapidement sauté dans le zodiac afin de les approcher et ça n’a pas manqué, nous avons réussi à poser une balise! Nous allons pouvoir, pour la première fois, suivre les déplacements d’une baleine sur les grands plateaux de Chesterfield et Bellona!
Les déplacements de cette baleine, surnommée Alis, peuvent être suivis sur un storymap.

Mais ce n’est pas tout, les deux enregistreurs acoustiques déployés à Bellona ont été récupérés et nous les avons redéployés sur le plateau de Chesterfield où ils vont rester quelques jours. Nous espérons ainsi pouvoir enregistrer les vocalises des mammifères marins et notamment les chants des baleines à bosse. Pour rappel, ce sont les mâles adultes qui émettent des chants longs et complexes pendant la saison de reproduction.
L’analyse de ces chants révèlera s’ils sont plus proches de ceux chantés en Australie ou de ceux entendus en Nouvelle-Calédonie.

Alors que les vents se lèvent, diminuant ainsi nos chances de détecter des cétacés en surface au milieu des vagues et de la houle, nos « oreilles » sous-marines sont à l’écoute…

20170817_132002_small
Préparation de l’enregistreur acoustique avant de l’accrocher sur le boot de mouillage. Ceux-ci sont déposer par une soixantaine de mètres de fond.
20170813_110812_small
C’est bien beau de collecter des données, mais il faut ensuite recopier les notes, trier les photos, enregistrer les traces GPS, numériser les fiches d’observations… il y en a du travail à faire!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s